La dysmorphobie face au miroir

La peur d'être laid, la crainte d'exposer un oeil qui louche ou des oreilles décollées au grand jour. Une crainte qui devient obsessionnel jusqu'à s'imposer toc.

 

La dysmorphobie est un trouble mental qui se caractérise par la crainte d'être moche ou difforme. Ou plus exactement cela représente la perception totalement erronée sur son propre corps et qui peut conduire la « victime » à ressentir une peur maladive d'être disgracieuse et à se persuader de l'existence d'un ou plusieurs défauts, réels ou imaginaires.

 

Il faut savoir que l'image que nous avons de notre corps ou de notre visage est une image affective. Nous ne le voyons pas tel qu'il est, mais tel qu'il a été aimé. Ou mal aimé. Les moqueries de l'enfance, les appréciations de nos parents, puis de nos histoires amoureuses nous marquent durablement. L'éducation joue une part dans l'apparition de nos obsessions. Exagérée, cette tendance peut être à l'origine de complexes.

 

L'époque est l'une des coupables car l'industriel exalte des images du corps inatteignables par la plupart des gens, favorisant donc les complexes. Le monde de la mode en est le parfait exemple avec ce fléau de l'anorexie.

 

La conséquence ? des exagérations se traduisant par des demandes de plus en plus folles au cabinet ; des tailles mannequins qui ne demandent qu'à maigrir, des imperfections fantômes, les yeux trop rapprochés, le nez trop fin…

 

Jusqu'à se transformant en phobie sociale, en dégoût de soi en même temps que d'une obsession pour son image. A l'extrême, quand le praticien est mal attentionné nous avons des femmes et des hommes ne reflétant un aspect naturel, mais cloné, figé.

 

Comment s'en défaire ? Changez de perspective. Faites du sport, dansez, faites-vous masser et dorloter dans un centre de soins, prenez le temps de marcher dans la nature, savourez vos repas… Cherchez ce qui vous plaît en vous, écoutez aussi les compliments que l'on vous fait. Entourez vous de gens positifs.

 

Et si l'une de solutions était de ne plus écouter les inconnus mais les gens qui vous aiment ? De s'exposer en plein jour plutôt que dans l'ombre ? D'affronter les regards comme nous affrontons les années, avec grâce, beauté et bienveillance. Surtout que depuis que nous savons qu'aucun physique n'est parfait.